Contre feu

16 novembre 2016

Premier tour.

C'est un peu à contre cœur que j'écris ceci, disons que mon choix n'aurait sans doute pas été celui ci mais ...

Si nous ne voulons pas de Juppé Président, il faut voter Fillon dès le premier tour !

J'explique.

Dans un second tour Juppé - Sarkozy, tous les centristes et certainement une partie des électeurs de Fillon votera Juppé. Victoire assurée.

fillon-sarkozy-juppé

Dans un second tour Juppé - Fillon, c'est le contraire qui se produira, une bonne partie des électeurs de Sarkozy votera Fillon. J'en connais. Et là ce sera très dur pour Juppé.

Voila. Je n'avais pas l'intention de me mêler de ce vote ouvert qui va noyer 400 000 adhérents dans 4 millions de votants dont on ne sait pas d'où ils viendront et qui ne se préoccupent de politique qu'une fois tous les 5 ans. Cependant, l'enjeu est grave et il se peut que j'aille quand même voter.

PhB

Posté par philippeberthaum à 10:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 octobre 2016

Les primaires au peigne fin (2)

Juppé, ah Juppé !

Je vais commencer par lui, rien que pour le plaisir.

juppé

Il faut se faire à l'idée qu'il est en tête de tous les sondages et qu'il sera donc sans doute notre futur Président. Oui il faut s'y faire.

L'ancien porte flingue de Chirac est devenu le chou-chou des médias, faute de mieux.

Il a eu le mauvais goût de voter Krivine en 1969 quand Pompidou était notre candidat.

Il a eu le culot de dire en visant Sarkozy, qu'il valait mieux avoir un passé judiciaire qu'un avenir (judiciaire). A l'image des médias et d'une tendance qui hélas se généralise, il fait ainsi fi de la présomption d'innocence.

Ce qui me trouble est qu'il a le soutien déclaré de l'UDI, ces éternels humanistes moralisateurs placent leur confiance dans le seul candidat qui a été effectivement condamné. Et condamné pas pour des comptes de campagne un peu bricolés, condamné pour des emplois fictifs payés par les contribuables. C'est quand même cran au-dessus !

Lorsqu'il a fait appel aux socialistes pour le soutenir dans les primaires, Nadine Morano dit de lui "il ne faut pas qu'il se trompe de primaire". C'est terriblement juste !

Qu'a-t-il fait des ses deux années comme Premier Ministre ?

  • Il a lancé l'arrêt du service militaire dont la mise en oeuvre a été finalisée par Jospin.
  • Il a, emboîtant le pas à Dominique de Villepin, poussé Chirac à la dissolution qui fut une déroute historique pour la droite et nous a placé  Jospin au pouvoir en 1997.

Voila les bons souvenirs que nous pouvons avoir de lui aux manettes.

Et bien ça promet !

Moins il parle plus il monte dans les sondages, certains disent qu'il ne faut surtout pas qu'il fasse campagne, que cela le ferait redescendre dès lors que l'on serait informé de ses intentions, ou de son manque d'intentions. C'est tout à fait ce que je crois.

Bon, vous l'avez compris, dans un duel Juppé - Le Pen, je voterai sans doute Juppé mais ça me fera assez mal.

PhB

 

Posté par philippeberthaum à 09:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 octobre 2016

Un sale coup pour la démocratie.

Autant je ne suis pas pour une élection législative à la proportionnelle, je m'en suis déjà expliqué, autant briser la règle le l'égalité du temps de parole pendant les campagnes électorales me semble un très mauvais coup porté à l'expression démocratique.

Un pays doit être gouvernable, c'est pourquoi je pense que la proportionnelle n'est pas un bon choix car elle mène à des majorités impossibles.

Cependant la démocratie à besoin de ces "petites voix" qui viennent d'autres partis que les deux principaux qui jouent sur le court central et se trouvent en alternance au pouvoir.

Voici ce que donnerait le temps de parole des élections 2012 converti avec la nouvelle règle.

temps de parole

Estimation du journal Le Monde.

On voit que les temps en bleu ont une répartition raisonnable et donnent un peu plus d'importance au "grands" candidats ce qui n'est pas absurde, alors que les temps en jaune écrasent complètement les "petits" candidats.

C'est oublier que souvent les petits candidats pratiquent le politiquement incorrect et disent tout haut ce que beaucoup pensent tout bas.

PhB

Posté par philippeberthaum à 10:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 octobre 2016

Les primaires au peigne fin (1).

Je l'ai déjà dit, je ne compte pas m'impliquer dans ce pseudo-scrutin dont je désapprouve la forme. Je ne soutiendrai aucun candidat, je ne ferai pas campagne et je n'irai pas voter.

Cependant cela ne m'empêche pas d'avoir des opinions et des les faire connaître.

Je vais donc passer ces primaires au peigne fin, candidat par candidat, pour voir ce dont ils sont capables.

Il y a aujourd'hui sept candidats validés qui sont donc officiellement en campagne.

candidats aux primaires

  • Alain Juppé, crédité de 37% à ce jour,
  • Nicolas Sarkozy crédité de 31%,
  • Bruno Le Maire, crédité de 13%,
  • François Fillon, crédité de 10%,
  • Nathalie Kosciocko-Morizet,
  • Jean-François Copé,
  • Jean-Frédéric Poisson.

Les trois derniers se partagent 9%.

Les recalés :

  • Hervé Mariton, un peu excessif, je ne le regrette pas.
  • Nadine Morano, j'aurais aimé voir une seconde femme dans cette compétition et j'avais envie d'entendre ce quelle avait à dire.
  • Henri Guaino, nous verrons mais il compte se présenter directement au premier tour.
  • Bien d'autres moins connus dont le très beau parleur Geoffroy Didier ...

 ---

Je vais commencer cette série par Jean-Frédéric Poisson. Je n'ai rien contre ce Monsieur, pour cause, je ne le connaissais pas. Du parti chrétien-démocrate de Christine Boutin il est le Président.

Docteur en philosophie et cadre dans la métallurgie (consultant RH), il est le seul candidat à savoir ce qu'est l'entreprise. Il est par ailleurs plus souverainiste que libéral.

Alors ce qui est amusant c'est que des figures des Républicains comme Mariton ou Morano n'ont pas pu se qualifier. Poisson lui, a été dispensé de parrainages du fait qu'il n'est pas LR.

On aurait pu lui appliquer les mêmes règles de parrainage au sein de son parti mais non. Il a été en quelque sorte coopté.

Ben oui, le MODEM étant bani et l'UDI ayant déclaré ne pas souhaiter participer aux primaire, il fallait bien trouver un figurant sinon la primaire ne se serait pas appelée "de la droite et du centre" !

Si ce n'est pas se moquer du monde ?

PhB

Posté par philippeberthaum à 11:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 octobre 2016

Et après ?

Et après les présidentielles que va-t-il se passer ?

Les débats sur les primaires ainsi que la pré-campagne de certains occupent tout l'espace médiatique. Les grandes déclarations, les petites phrases, à droite comme à gauche, chacun y va de sa différence.

Mais de quoi s'agit-il vraiment ?

  • De l'avenir de la France pour les cinq prochaines années.
  • De savoir comment il sera possible de sortir de ce marasme généralisé.
  • De savoir comment la France sera gouvernée et pire, de savoir si elle sera gouvernable !

Or pour gouverner, il faut une majorité qui soutient l'exécutif. C'est du moins la seule solution viable sous la Ve République.

Beaucoup de pays ont une constitution qui mène à des périodes plus ou moins longues de non-gouvernance, des périodes où l'on ne s'occupe que des affaires courantes par manque de poids politique. L'Italie, la Belgique et même l'Allemagne nous ont offert ce triste spectacle dans un passé récent.

Les Français pour leur part sont habitués à élire un candidat sur un programme et aimeraient que ce programme soit appliqué.

Ceci étant posé regardons un peu ce qui peut se passer après le second tour des présidentielles.

Quel que soit le candidat de gauche qui serait élu, peut-on imaginer qu'il aurait une majorité dans l'état de délabrement où se trouvent les forces de gauche aujourd'hui ?

On sait que le gouvernement actuel n'a plus de réelle majorité sur les sujets essentiels, il a dû invoquer le 49-3 à plusieurs reprises.

Au mieux, nous retrouverions une "gauche plurielle", groupement de circonstance constitué de bric et de broc, duquel les écolos démissionneraient dans les six mois et contre lequel des frondeurs de nouvelle génération se manifesteraient en moins de deux ans.

Une sorte de replay du mandat actuel, en pire ...

Alors imaginons que Le Pen soit élue ! Quelle majorité aurait-elle ?

Parce que surfer sur une vague de mécontentement général à titre personnel est une chose, mais faire élire sur les mêmes arguties environ 290 députés c'est une autre paire de manche. C'est totalement illusoire de se dire qu'elle aurait une majorité pour gouverner. Elle serait sans doute obligée de prendre un Premier ministre LR ce qui donnerait lieu à une forme de cohabitation inédite et dommageable.

Aussi, seul le candidat LR a une chance d'obtenir une majorité sérieuse et de nature à permettre de réformer la France.

Qu'on se le dise !..

PhB

 

PS : J'ajouterais que nombreux sont les Français qui souhaiteraient un gouvernement d'alliance nationale, en faisant fi du clivage droite gauche. Cela n'est pas idiot mais c'est sans compter que nous avons des clivages assez marqués dans notre conception de la vie publique. Voyez comme la gauche à elle seule arrive à se diviser sur la conception de la société entre sociale démocratie et collectivisme. Alors comment imaginer une entente plus large ?

Posté par philippeberthaum à 10:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 septembre 2016

Tous derrière !

Quand je regarde la TV, j'ai honte !

Avec cette histoire de primaire ouverte, notre mouvement se couvre de ridicule quotidiennement. Les médias ne cessent de passer en boucle les déclarations de nos ténors critiquant les primaires socialistes en 2011.

La gauche a donné une bonne leçon de démocratie à la droite ... et patati et patata ...

C'est trop bon pour eux, ainsi que toutes les petites vacheries que les candidats s'envoient, qui font régulièrement la une des journaux et des heures de chroniques à l'écran.

 

Les primaires ouvertes sonnent la fin du Gaullisme.

Si De Gaulle avait voulu une élection à trois tours il l'aurait inscrit dans la constitution de la cinquième république.

La droite a toujours su faire émerger un candidat naturel, un chef, comme l'était De Gaulle en son temps. Aujourd'hui elle n'en est plus capable et c'est bien le signe que le Gaullisme est en voie de disparition.

Il y a bien une petite voix qui s'élève et qui dit ce qu'elle peut en dehors du système des primaires, une petite voie qui fait du bien et qui nous ramène aux valeurs fondamentales du Gaullisme. Mais la voie d'Henri Guaino n'a aucune chance de se faire réellement entendre, je pense même que même s'il obtient ses 500 signatures, il se retirera avant le premier tour pour ne pas risquer de faire chuter son camp.

J'ai connu le temps où Chirac à fait chuter le candidat de l'UDR pour faire élire un centriste (Giscard). Il est loin aussi le temps ou le RPR pouvait se permettre d'aligner deux candidats au premier tour (Chirac-Balladur) sans se condamner l'accès au second tour.

Qu'il y ait un débat ou même un vote au sein du parti, voire un débat élargi aux partis alliés de toujours, cela peut se concevoir dans le contexte actuel, mais que la population soit associée à un choix qui devrait être réservé aux militants je ne l'admets pas et je ne suis pas le seul.

Toute honte bue, je regarderai donc impuissant le processus des primaires se dérouler sans y participer de quelque façon que ce soit.

 

Tous derrière.

Malgré tout, lorsque ces primaires seront achevées, qu'un candidat sera enfin désigné par notre mouvement, ce que j'espère profondément est que nous serons tous réunis derrière lui ou elle, sans arrière pensées, sans rancœur, pour gagner la Présidence.

Il ne faut pas reproduire le scénario de l'élection parisienne où NKM fut vainqueur des primaires pour se faire descendre par son propre camp et perdre l'élection.

Elle à perdu l'élection mais c'est nous qui avons perdu la Mairie de Paris.

Alors le moment venu, de grâce, tous derrière et lui devant ...

 

PhB

 

Voir aussi au sujet des primaires :

Les primaires ouvertes ... - Contre feu

Une autre fois peut être ... Une autre fois peut être j'enverrai une participation financière à notre mouvement comme je l'ai régulièrement fait par le passé que ce soit pour le parti ou pour les campagnes électorales de ses candidats. Mais pour cette fois, alors qu'il s'agit explicitement de financer des "primaires ouvertes", il n'en est pas question.

http://contrefeu.canalblog.com

 

Une primaire à deux balles ! - Contre feu

Je fais donc la même critique que j'avais émise lors des primaires du PS il y a 5 ans : (De Joêl-Benoit d'Onorio, Professeur des universités et Directeur de l'institut Portalis) : "Car, si ces primaires sont effectivement contraires à l'esprit de la Ve République, elles sont aussi et surtout contraires à la lettre de notre constitution dont l'article 3 proclame que le suffrage 'est toujours universel, égal et secret'.

http://contrefeu.canalblog.com

 

Leçon de démocratie - Contre feu

Le PS a prétendu nous donner une "leçon de démocratie" en organisant des primaires ouvertes à tous. Et bien c'est exactement le contraire qui s'est produit, cela est parfaitement expliqué dans un article de Joêl-Benoit d'Onorio, Professeur des universités et Directeur de l'institut Portalis (Département des sciences juridiques et morales de la faculté d'Aix), paru le 19 octobre dans le Figaro.

http://contrefeu.canalblog.com



 

 

Posté par philippeberthaum à 09:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 septembre 2016

De la laïcité.

Mettons-nous tout de suite d'accords, certains prétendent que la laïcité est un des fondements de la République, c'est faux.

Les fondements de la République sont sans aucun doute la liberté, l'égalité et la fraternité. Sur la fraternité il y aurait beaucoup à dire mais ce n'est pas le sujet.

mairie

La laïcité n'est venue que plus tard afin de luter contre le pouvoir des religieux, principalement au XIXe. C'est l'époque où les livres d'histoire ont clairement noirci les méfaits de l'inquisition pour faire valoir les bienfaits de la République.

La laïcité est ainsi passée par une étape intermédiaire, le concordat* (Napoléon) pour finir par la fameuse loi de 1905 sur la séparation de l'église et de l'état. Il faut quand même attendre 1946 pour que le principe de laïcité soit inscrit dans la constitution.

Qu'en est-il de la relation entre religion et l'état laïque ?

Ou plutôt qu'en est-il de l'héritage religieux dans notre société laïque ?

Revoyons un peu les fondamentaux : les dix commandements.

10 commandements

1) Tu n’auras pas d’autres dieux que moi. Tu ne feras aucune idole ...

2) Tu n’invoqueras pas le nom du Seigneur ton Dieu pour le mal ...

Passons sur ces principes purement religieux qui ne mangent pas pain. Néanmoins n'est ce pas un peu ce que les politiques attendent de nous à leur égard ?!

 

3) Tu feras du sabbat un mémorial, un jour sacré. Pendant six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage ; mais le septième jour est le jour du repos ...

Les syndicats les plus à gauche ne défendent-ils pas bec et ongle le sacro-saint dimanche de repos !

 

4) Honore ton père et ta mère, afin d’avoir longue vie sur la terre que te donne le Seigneur ton Dieu.

5) Tu ne commettras pas de meurtre.

6) Tu ne commettras pas d’adultère.

7) Tu ne commettras pas de vol.

8) Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain.

9 et 10) Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne : rien de ce qui lui appartient.

Autant de règles que nous retrouvons intégralement dans les lois de la République, même pour ce qui concerne l'adultère**, n'en déplaise à certains.

Qui peut alors me dire ce que la laïcité a apporté de plus à notre vie quotidienne ?

Des lois sont publiées tous les jours mais elles restent guidées par ces principes fondamentaux.

Beaucoup des athées que je connais vous disent "moi je ne crois en rien". Ils le disent un peu comme si croire les rendait dépendant de quelque chose qui leur fait peur.

De nos jours, Jeanne d'Arc serait enfermée dans un établissement psychiatrique et nous serions peut être anglais !

Personnellement je crois mais ... je ne sais pas en quoi je crois. Je serais donc une sorte d'athée croyant !

Je reviendrai peut être là dessus d'un point de vue scientifique.

En fait, je vais vous avouer qu'il m'arrive d'aller à la messe et de communier, communier dans le sens profond de partager les valeurs rappelées plus haut avec les personnes présentes. N'est-ce pas l'essentiel dans une communauté que de partager sans réserve les mêmes valeurs. Écouter la parole du Christ, cet anarchiste qui a donné sa vie pour un monde meilleur. Qu'il soit ou non le fils de Dieu m'importe peu, ce qui compte c'est le message qu'il nous a laissé.

C'est pourquoi je respecte la religion catholique et je la reconnais comme origine et fondement de la société dans laquelle je vis et à laquelle je tiens.

La société laïque qui se moque souvent des rituels religieux s'est inventé ses propres rituels qu'il ne faut surtout pas moquer sous peine d'être considéré comme un mauvais citoyen :

  • La fête nationale.
  • Les célébrations d'anciens combattants.
  • Les hommages aux victimes.
  • etc ...

"Le jour du 14 juillet

Je reste dans mon lit douillet

La musique qui marche au pas

Ca ne me regarde pas"

(Brassens, la mauvaise réputation).

La société laïque a aussi ses cantiques (la Marseillaise) et ses Saints, Danton Robespierre, ou mieux Antoine Fouquier-Tinville pour ne citer qu'eux ... autant d'hommes sanguinaires qui on sans doute ordonné plus d'exécutions que tous les inquisiteurs réunis.

execution

Le 5 septembre 1793 L'assemblée met « la Terreur à l'ordre du jour »***.

Pour finir, laïcité ne veut pas dire athéisme, ce que l'état laïque ne doit ni promouvoir ni annihiler.

Or, aujourd'hui, poussé par les "libres penseurs" il est clair que l'état laïc tend à promouvoir l'athéisme****.

Pire, certains ressentent que l'état laïc, par pur électoralisme, renie ses origines chrétiennes au profit d'autres croyances que je me garderai de nommer.

Il est bien là notre problème de société, la revendication de nos "ancêtres gaulois", expression sans doute mal choisie mais qui veut bien dire que nous ne voulons pas d'un métissage qui rimerait avec l'abandon de nos traditions, de nos valeurs fondamentales et de notre mode de vie.

La religion catholique, base incontestable de nos règles laïque, est régulièrement l'objet d'attaques sournoises. Beaucoup d'athées y restent indifférents voire s'en réjouissent au nom de la laïcité. Ce qui leur échappent c'est que ces coups portés sont autant d'atteintes aux valeurs fondamentales qu'ils pensent défendre et qu'en fait ils trahissent.

PhB

------

* En Alsace-Moselle, le concordat n'est toujours pas abrogé. La religion est enseignée obligatoirement à l'école primaire et au collège, mais une dispense est maintenant acceptée sur demande écrite des parents en début d'année scolaire.

** Il a fallu attendre 1975 pour qu’en France l'adultère ne soit plus puni au pénal mais simplement au civil. Aujourd’hui, l'article 212 du Code civil rappelé par l'officier d'état civil lors de la célébration de chaque cérémonie de mariage prévoit expressément que "les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours et assistance".

*** Antoine Fouquier-Tinville, magistrat impitoyable, assume la charge d'accusateur public. Il va user dès lors de son autorité pour envoyer à la guillotine aussi bien d'innocents suspects que Charlotte Corday, meurtrière de Marat, l'ex-reine Marie-Antoinette ou des chefs de la Révolution comme ses propres amis Danton, Robespierre et même son cousin Camille Desmoulins.

**** On interdit les crèches dans les lieux publics, on rebaptise les congés scolaire ... bientôt on interdira aux églises de carillonner mariages, baptêmes et enterrements ?

 

Posté par philippeberthaum à 15:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

02 septembre 2016

Macron, piège à con.

Certains applaudissent des deux mains, quel homme ! Quelle liberté d'esprit ! Quelle intelligence !

Puis il est plutôt beau garçon ...

macron-hollande

D'autre le haïssent, sale traite ! Les rats quittent le navire ! Il crache dans la soupe !

Bien sapé mais sont histoire de costard, ridicule ...

 

En fait, il faut quand même se souvenir que Macron est un pur produit de Hollande, fidèle parmi les fidèles.

Si l'on regarde bien les sondages, il a beaucoup plus de soutiens à droite et au centre qu'à gauche.

Aussi certains considèrent que Macron est la seule chance qu'aurait Hollande d'accéder au second tour !

En effet on peut considéré qu'il prendra plus de voix à Jupé* qu'à Hollande et ainsi permettrait à ce dernier d'être face à Le Pen au second tour ce qui lui donnerait alors de fortes chances d'être élu pour un second mandat.

N'oublions pas que Hollande est bon à rien mais très rusé.

Macron, piège à con ...

 

* ou à un autre candidat LR mais Jupé étant le plus au centre c'est avec lui que le phénomène serait le plus marqué.

Posté par philippeberthaum à 09:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

19 août 2016

Burkini ou le débat inutile.

Je rentre de 5 semaines de vacances, sans info, sans France info ni BFM. Quelle paix !

Les seules infos dont je disposais étaient les petits potins du coin échangés avec le voisin en attendant le passage de la boulangère. Les "chiens écrasés" et la météo de la semaine.

Burkini

A peine rentré, je tombe sur cette ridicule histoire de burkini qui va jusqu'à enflammer une plage corse.

Cette histoire démontre tout le ridicule de notre situation, avec des politiques qui ne se manifestent que pour tenir des postures électoralistes. Avec des socialistes, Premier Ministre en tête, qui se disent préoccupés. Tiens c'est nouveau. Que ne s'y sont-ils pas pris plus tôt, eux qui par clientélisme ont tenté d'ignorer le problème des provocations islamistes depuis des décennies.

Tout le monde y va de son petit commentaire, je lis sur le blog de Copé "une nouvelle provocation des islamistes radicaux à laquelle de nombreux responsables politiques nationaux répondent par un silence gêné pour ne pas déplaire à la bien-pensance". Ben oui mon gas, et toi aussi tu te l'es fermée pendant des années alors que tu savais très bien ce qui allait se passer.

Or, pour revenir au fond, s'il y a bien quelque chose qu'il est quasi impossible de réglementer, c'est bien la tenue de bain.27054124_p

Et d'un, nos grands-mères se baignaient habillées jusqu'au cou, peut être pas pour les mêmes raisons,

mais quand même, ce n'est pas notre préhistoire, c'était il y a 1 siècle.

Et de deux, si l'on peut réglementer les tenues dans les piscines, pour des raisons d'hygiène, ou encore dans les écoles pour des raisons de discipline laïque, comment prescrire la tenue de bain républicaine ?

Et de trois que faire des tenues de plongé intégrales avec masque et tuba ?

Enfin les raisons de trouble à l'ordre public me font bien rire et risque de conditionner un peut trop loin la réglementation.

Il y a en France des plages publiques naturistes, va-t-on les interdire pour les mêmes raisons de trouble à l'ordre public ?

naturisme

La France est la première destination naturiste pour les Européens, un business dont il serait franchement dommage de se priver.

En vérité, je ne vois pas comment régler le problème sinon en lutant contre les causes de l'intégrisme plutôt que contre ses manifestations dérisoires.

Un débat inutile parce que si les médias, qui aiment bien mettre de l'huile sur le feu sans se préoccuper des conséquences sociales de leurs écrits, si les médias avaient passé sous silence cette histoire, elle se serait éteinte d'elle-même.

PhB

Posté par philippeberthaum à 18:15 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

16 février 2016

Une primaire à deux balles !

 

Deux euros pour participer. C'est ce que va demander le parti des républicains pour pouvoir voter aux primaires.

Je fais donc la même critique que j'avais émise lors des primaires du PS il y a 5 ans :

(De Joêl-Benoit d'Onorio, Professeur des universités et Directeur de l'institut Portalis) :

"Car, si ces primaires sont effectivement contraires à l'esprit de la Ve République, elles sont aussi et surtout contraires à la lettre de notre constitution dont l'article 3 proclame que le suffrage 'est toujours universel, égal et secret'. Or, en l'espèce, il s'est agi d'un véritable vol de la démocratie aggravé d'un viol de la constitution dans la mesure où le principe intangible du secret du vote a été transgressé puisque, aussi bien en allant voter qu'en s'abstenant, les citoyens ont été contraints de dévoiler leurs opinions politiques."

2eurosQui poursuit :

"On a fait fi aussi de l'égalité et de l'universalité du suffrage, ce qui est pour le moins paradoxal de la part d'un parti républicain se disant de gauche mais qui, en exigeant un euro pour pouvoir voter a rétablit le suffrage censitaire...que l'on croyait pourtant définitivement aboli en France depuis 1848 !"

Malgré tout, les républicains vont organiser une primaire ouverte, c'est dit, c'est bâché, cela a été décidé en comité de direction. Sur ce coup là on s'est bien gardé de demander leur avis aux militants, faut pas rigoler, la démocratie interne a ses limites quand même.

Et bien moi je pense que l'exercice de la primaire ouverte n'est pas forcément de nature a renforcer la démocratie française comme le prétendait le PS à l'époque et comme le répètent  ses défenseurs d'aujourd'hui sous prétexte de modernité.

La primaire ouverte nécessite un débat public où les candidats ne peuvent s'épargner, où les idées s'éparpillent, où chacun y va de sa petite différence, où les médias se régalent.

Puis chacun doit se rallier aux propositions du gagnant et faire contre mauvaise fortune bon cœur.

Comme le débat est public il y a peu de possibilité d'ajustement entre les propositions du gagnant et celles des perdants, alors les médias se font fort de rappeler à chacun ses positions passées et ses renoncements à venir. Ce n'est que du bonheur pour nos chers journalistes.

Dans une primaire fermée tout cela se passe dans l'intimité du parti et de ses militants, le programme qui en ressort a beaucoup plus de chances d'être consensuel et de correspondre à l'image du groupe que le candidat représentera.

Je suis donc convaincu que la primaire ouverte est un exercice qui fragilise la démocratie en donnant plus de pouvoir aux médias. Ces derniers ne s'intéressent pas au fond, ils ne retiennent des débats que ce qui divise et est de nature à fragiliser le pouvoir à venir.

PhB

Posté par philippeberthaum à 08:51 - Commentaires [10] - Permalien [#]